La loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes impose en effet aux collectivités territoriales de présenter un ensemble de résultats sur l’avancée réelle de la parité.

Dans la présentation de ce rapport, plusieurs questions :

>> Dans la rubrique « effectifs sur emploi permanent à temps complet par sexe et par filière (inclus les temps partiels) » : est-ce du temps complet ou du temps partiel ?

Il est noté entre autre :

  • En filière administrative 97 femmes pour 17 hommes
  • Technique 88 femmes pour 112 hommes
  • Sociale 50femmes pas d’homme
  • En médico-sociale 29 femmes pas d’homme
  • Médico-technique 1 femme pas d’homme

Soit en total 308 femmes pour 150 hommes…hors la parité doit tendre vers le 50/50 !

>> Effectif par sexe et par catégorie :

Les catégories A et B sont équilibrées par contre la catégorie C – donc la plus précaire- représente 233 femmes pour 107 hommes et souvent des femmes à temps partiel.  Est-ce du temps partiel voulu ou subit ?

>> Promotion sociale :

« Avancement par grades et promotions internes par filière et par sexe » : l’erreur dans la colonne mettant en évidence la promotion des hommes dans une filière où ils sont absents montre bien que les habitudes de faire passer les hommes en priorité ont la vie dure !

>> La rémunération :

La part du régime indemnitaire dans la rémunération est inférieure de 1,08 pour la catégorie A et de 3,08 pour la catégorie B dans les emplois féminins. Donc ce constat vous amène une conclusion étrange : « on peut considérer qu’il n’y pas de politique particulière à déployer dans ce domaine car la collectivité emploie un maximum de femmes sur l’ensemble des filières »…la parité ne concernerait donc que les femmes ?

Le Comité de Direction est composé de 8 femmes et 4 hommes. Certes ! Mais la loi du 4 août 2014 demande de mettre en place une politique visant à garantir l’égalité professionnelle et salariale et la mixité dans les métiers (article 6 ) donc quelles actions allez vous mettre en place pour aller dans le sens de la loi ?

Dans la politique que vous présentez vous respectez l’article 5 de la loi (« mettre en place des actions de lutte contre la précarisation des femmes en favorisant leur insertion professionnelle ») et l’on voit bien en comparant la situation sur le territoire qu’à St Sébastien  le nombre de familles de femmes seules avec enfants est en augmentation de près de 2% par rapport à 2007. Si l’accueil de la petite enfance est un axe fort pour aider les femmes dans la recherche d’un emploi pourquoi faut-il que seule l’action du carrefour des familles soit le modèle sur le soutien à la parentalité ? Les 2 centres sociaux culturels (et non un seul) font aussi des actions en direction des familles. Comment comptez vous les associer dans vos projets ?

 

 

Je vous remercie de votre attention

Share Button