Monsieur Le Sénateur-Maire, Messieurs Turquois et Frion, Mesdames, Messieurs, Mes cher(e)s collègues,

Cette taxe a déjà été évoquée il y a un an et c’était ma collègue Christelle Pottier-Chopin qui vous avait interpellés sur le sujet. Elle a quitté notre conseil et je vais donc essayer de reprendre ses questions (mais avec mes limites car je suis moins compétent). Lors du conseil de juin 2016, M. Turquois avait conclu que nous étions tous en phase sur la problématique de la pollution visuelle et, comme à l’époque, nous appliquons aujourd’hui l’augmentation de 5 euros, qui est la somme maximale autorisée. Vous l’aviez regretté déjà, car le rattrapage va être lent.

Des questions et des pistes de réflexion avaient cependant été lancées. Où en sommes-nous aujourd’hui ?

M. Rioux avait souligné que c’était au niveau de Nantes Métropole qu’il fallait travailler un règlement publicitaire. Vous aviez, M. Turquois, abondé dans ce sens. Est-ce que cela a avancé ?

Par ailleurs, dans un échange avec M. Gatt, Mme Pottier-Chopin avait évoqué un règlement local de publicité datant de 2010 qui n’était plus adapté. Est-il possible de le reprendre, de le retravailler et, sans doute, de le faire en parallèle avec le règlement métropolitain ?

Je sais que cette question intéresse nos concitoyens. Dans le cadre du débat sur la transition énergétique et au sein du groupe qui s’est constitué à Saint-Sébastien (NUDGES) une des thématiques abordées se rapprochait de ce dossier puisqu’il était question de réfléchir à la manière de limiter les enseignes lumineuses des commerces et des entreprises.

Voilà donc un futur chantier qu’il va sans doute falloir activer parmi toutes les questions relatives à notre environnement.

Merci pour votre écoute.

Share Button