Merci, cher Pascal Pras, pour ton intervention ce matin et ta présence à Saint-Sébastien le 10 mars dernier lors de la réunion publique qui a eu lieu ici même. En parlant du 10 mars, j’aimerais revenir sur votre interview parue ce jour là dans Ouest France monsieur Gatt.

L’élaboration du PADD est l’occasion, on vient d’en parler, de mettre sur table les grands principes qui vont guider l’action des élu-e-s – à l’échelle de la métropole comme dans notre ville – dans les années à venir en matière d’urbanisme et de construction bien sûr, mais aussi de transports, de développement économique, d’accompagnement des évolutions démographiques ou encore de protection de l’environnement.

Il faut donc réfléchir, dès aujourd’hui, à ce que l’on veut pour notre ville, et notre agglomération, demain et après-demain. Il faut le faire en associant les habitants, en prenant le temps de la réflexion et de l’échange. Il faut le faire avec sérénité et dans l’apaisement mais il faut faire les bons choix, avec courage et audace face aux blocages éventuels.

Dans ce cadre, vous pourrez compter sur notre vigilance mais aussi sur notre volonté d’être constructifs, d’être utiles et de porter, avec vous, les orientations mises en œuvre par la métropole.

Revenons à votre interview, monsieur Gatt.

Vous mettez en avant, je cite : la volonté « de ne pas toucher à l’espace urbanisable à l’est du périphérique, après la déchetterie. A garder pour dans 20 ans ».

Vous proposez en revanche d’avancer vers l’urbanisation de la « zone des Langlettes, qui va du rond-point Marie Curie à la piscine intercommunale ». Vous ajoutez que « sans toucher au bois des Gripôts, il y a des parties à urbaniser près de la route du Loroux ».

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le sujet, en terme de types de projets en cours ou à venir (qu’il s’agisse d’habitat, d’activités économiques, de commerces ou d’équipements publics…) et en terme de calendrier ?

Pouvez-vous également préciser votre pensée concernant le bois de Gripôts et nous assurer que ce coin de « nature en ville » sera protégé et valorisé ? C’est un sujet sensible à St Sébastien, on le sait bien et des interventions lors de la réunion publique du 10 mars ont montré quelques inquiétudes qu’il conviendrait de rassurer.

Je vous remercie.

Share Button