Monsieur le Sénateur-Maire, Mme Bonnet,

Cette délibération d’ordre urbanistique nous donne l’occasion de parler plus généralement du Carrefour des Familles. Car avant de se prononcer sur le permis de construire au sujet d’un nouveau local pour accueillir ce service municipal, il nous semble indispensable de parler sur le fond comme sur la forme de ce Carrefour des Familles.

Vous avez créé ce service municipal depuis plusieurs années maintenant. Nous avons pu constater depuis le début combien vous lui accordiez de l’importance et des moyens, n’hésitant pas, par exemple, à communiquer sur lui par des affiches 4×3 dans la Ville. Peu de services ou d’associations ont droit à de tels moyens de promotion.

Nous vous avons souvent interrogé sur le Carrefour des Familles : quel projet ? Quels moyens (humains, financiers, matériels) ? Quelle articulation avec des services ou actions existants déjà à Saint-Sébastien sur la question de la famille et de la parentalité… ? Nous nous interrogeons aussi sur le fait que ce service municipal demande à des bénévoles de prendre en charge des actions ou des permanences. Cela a-t-il été déjà discuté avec les partenaires sociaux et dans les instances de concertation avec le personnel municipal ? Est-ce compatible avec les règles qui régissent le fonctionnement et la mise en œuvre du service public d’une collectivité locale ?

Et puis, combien de fois avons-nous fait remarquer que ce Carrefour des Familles avait investi, par votre volonté, un champ d’action effectif et essentiel des deux centres socio-culturels de notre Ville. Rappelons qu’en 2009, vous avez supprimé un des trois CSC et la structure qui était chargée de coordonner leur action. De plus, faut-il le rappeler, les CSC sont agréés par la Caisse d’Allocations Familiales justement pour développer un projet social d’animation globale pour toutes les générations et des actions pour les familles et autour de la parentalité.

Et justement, aujourd’hui vous nous demandez d’accorder encore plus de moyens au Carrefour des Familles, avec ce nouveau local, quand dans le même temps vous avez fait savoir par courrier cet été aux deux centres socio-culturels, que vous leur demandiez de n’avoir plus qu’un seul projet et une organisation unique. En d’autres termes, vous avez décidé de reprendre le rôle du Sécateur-Maire et de supprimer un deuxième centre socioculturel, sans encore oser le formuler par écrit de cette manière. D’ailleurs, d’aucuns n’ont oublié la scène surréaliste qui s’est déroulée début juillet, quand lors d’une prise de parole publique, vous avez exprimé sans aucune retenue votre volonté de n’avoir qu’un seul CSC, vous permettant même de dire votre préférence pour la personne qui pourrait alors assurer la présidence de ce futur centre unique dont vous rêvez…

Dans ces conditions, et surtout dans cette confusion que vous entretenez, d’autant plus que plusieurs discours contradictoires sont tenus par des élus de votre majorité sur ce sujet, il ne nous apparaît pas possible aujourd’hui de voter la délibération que vous nous soumettez.

Dans le bâtiment, avant de valider un permis de construire, il convient de s’assurer que l’architecte a bien fait son travail et que les fondations assureront assise et confiance pour tenir l’édifice. Il en va de même pour l’action socioculturelle dans notre ville. Ce qui est nécessaire aujourd’hui, c’est de reprendre les étapes depuis le début et de clarifier votre projet et vos intentions.

Sans cela, nous ne voterons pas cette délibération.

Share Button