Si, avec le retour du printemps, il semble naturel de parler « jardin », ce thème peut prendre une autre résonance face à l’actualité. Les « marches pour le climat » portées par les jeunes et une partie de la société rappellent l’urgence de l’action. « Avec plus de 2°C demain », titrait Ouest-France mi-mars, « Nous entrons dans un autre monde » marqué par des pics de chaleur et des épisodes de pluies diluviennes plus fréquents. Dans cet « autre monde », la question de l’alimentation et de nouvelles pratiques agricoles se pose également.

En un an, c’est le troisième dossier dédié à la nature. Il compile des actions qui ont toutes un intérêt et sont sans doute une partie des solutions à adopter, mais elles doivent trouver un sens dans une politique plus globale et volontariste, car c’est à un changement radical de société que nous sommes invités. À travers ces pages, nous nous sommes exprimés sur ces sujets et nous avons demandé que les habitants soient mieux accompagnés dans cette démarche de transition. Pour rappel, depuis le 1er Janvier 2019, les particuliers, comme les collectivités, ne peuvent plus utiliser pesticides et herbicides dans les jardins. Informer, proposer de nouvelles pratiques pour montrer à tous que l’on peut avoir une récolte sans produits nocifs s’imposent.

Le plan « transition énergétique » de la Métropole a aussi proposé des pistes que nous pourrions concrétiser à travers un projet urbain intégrant parcs, jardins et toits végétalisés pour cultiver, planter, rafraîchir et rendre plus perméables les sols, ou encore en développant des formes d’agriculture urbaine s’inspirant d’expériences en permaculture.

De nouveaux défis pour demain. A nous d’imaginer comment les relever.

 

Share Button