« Les hausses d’impôts locaux bien plus fortes que la baisse des aides de l’État »

En 2015, lebaisse-dotations compte administratif avait montré que notre commune connaissait des difficultés financières : épargne en baisse, se rapprochant des niveaux d’alerte et entraînant un risque pour financer l’entretien du patrimoine et les futurs investissements.

Pour l’année 2016, la majorité n’avait plus le choix. Il lui fallait réduire les dépenses. D’autres communes avaient su le faire avant, sans augmenter les impôts. Nous sommes conscients de l’effort que cela demande aux services de la Ville. Cette réduction des charges, rapide, n’a pas été suffisamment anticipée les années précédentes. La qualité de service et des conditions de travail des agents seront-ils maintenus ? Nous savons déjà que certains ont été externalisés, comme l’aide à domicile.

Les magistrats de la chambre régionale des comptes en ont également fait le constat en relevant des procédures critiquables et des dépenses mal gérées. Depuis, les dépenses de carburant et les achats de fournitures ont été réduits. Qu’en est-il pour les locations de voitures ?

Ces dernières années, l’État a diminué ses dotations et participations pour toutes les collectivités locales. La majorité municipale n’a que cet argument, répété en boucle, pour justifier une forte hausse du taux de la taxe d’habitation à compter de 2016 (hausse de 12%, un record départemental). Ce matraquage est disproportionné, d’autant plus que la taxe d’habitation touche tous les foyers, quels que soient leurs revenus. Nos concitoyens, surtout les plus modestes, ont pu s’en rendre compte. Rien qu’en 2016, les impôts locaux payés par les Sébastiennais ont augmenté d’1,2M€, une véritable saignée ! Rappelons que lors de la compagne des municipales, le sénateur-maire avait promis de ne pas augmenter les impôts.

Entre 2012 et 2016, les dotations et participations de l’État ont diminué de 2 412 000 €. Sur la même période, les impôts locaux de la commune ont augmenté de 2 732 000 €. La majorité a ponctionné 320 000 euros de plus sur le budget des Sébastiennais par rapport aux baisses des aides de l’État. Et le mandat n’est pas fini ! A ce rythme-là, en 2020, c’est au moins 650 000 € payés en plus par les contribuables Sébastiennais.

M. le sénateur-maire dit que la baisse des aides de l’État sur le mandat serait de 15 millions. On en est loin ! Nous avions raison de dénoncer cette décision d’augmenter les taux des impôts locaux. Comme l’année passée, nous demandons de revoir la copie et de revenir sur cette ponction injustifiée et injustifiable dans le budget souvent serré des ménages Sébastiennais.

Share Button